Développeur logiciel, où externaliser son projet web en Afrique ?

Envisagez-vous de faire appel à un développeur logiciel africain ? Vous recherchez des données fiables sur le secteur du développement de logiciels en Afrique et un aperçu de ce secteur ?

Si c’est le cas, cet article de recherche vous fournira de nombreux éléments de contexte.

Nous couvrons un large éventail de sujets. Par exemple, le niveau des salaires des développeurs africains. Mais aussi le climat des affaires et même le nombre de développeurs par langue logicielle et par pays.

Nombre total de développeurs de logiciels par pays africain

développeurs de logiciels par pays africainDans cette section, nous examinons la taille de la réserve de talents technologiques dans les pays africains. Nous avons croisé les données de LinkedIn, de Github et d’un récent rapport de la SFI sur l’économie africaine de l’Internet. En conséquence, nous avons été en mesure de faire une estimation assez cohérente du nombre total de développeurs de logiciel par pays africain.

Les 17 premiers pays en termes de nombre absolu de développeurs représentent plus de 90 % de l’ensemble du vivier de talents informatiques africains. Nous avons donc concentré notre analyse sur ces pays.

Nombre absolu de développeurs par pays africain

On estime à 690 000 le nombre de programmeurs professionnels de logiciels en Afrique. Plus de la moitié d’entre eux sont originaires d’Afrique du Sud, d’Égypte et du Nigeria. Les 17 premiers pays d’Afrique en matière de développement de logiciels sont les suivants :

  • Afrique du Sud – 133 195
  • Égypte – 125 270
  • Nigéria – 114 536
  • Kenya – 58 866
  • Maroc – 49 818
  • Tunisie – 45 247
  • Ghana – 20 551
  • Algérie – 20,530
  • Ouganda – 13 113
  • Éthiopie – 8 316
  • Sénégal – 8,113
  • Tanzanie – 8 065
  • Cameroun – 7 748
  • Maurice – 6 879
  • Zimbabwe – 6,588
  • Rwanda – 6,412
  • Côte d’Ivoire – 5 165

Nombre relatif de développeurs par million d’habitants

Il est évident que le nombre absolu de développeurs dans un pays ne donne pas une image complète de la situation. Dans cet article, nous allons créer un aperçu plus détaillé pour ces pays. Tout d’abord, nous ajouterons le classement de la taille relative de la réserve de talents technologiques par pays. Voici le classement basé sur le nombre de développeurs par million d’habitants :

  • Maurice – 5 454
  • Tunisie – 4 120
  • Afrique du Sud – 2 234
  • Maroc – 1 345
  • Égypte – 1 224
  • Kenya – 1,095
  • Ghana – 661
  • Rwanda – 610
  • Sénégal – 565
  • Nigeria – 556
  • Zimbabwe – 504
  • Algérie – 477
  • Cameroun – 353
  • Ouganda – 287
  • Côte d’Ivoire – 228
  • Tanzanie – 135
  • Éthiopie – 72

Il est clair qu’un petit pays comme l’île Maurice dispose d’un vivier de talents technologiques florissant. En comparaison, le Nigeria dispose d’un énorme vivier de développeurs, mais qui reste relativement modeste par rapport à la taille de sa population. Lorsque nous reportons les chiffres relatifs et absolus, nous obtenons l’image suivante :

Nombre relatif de développeurs par million d'habitants

Veuillez noter que les pays sont représentés sur une échelle logarithmique, ce qui les rend plus agréables à l’œil. Les grandes puissances se trouvent à droite du graphique et disposent d’un vaste réservoir de talents. Plus on monte dans la hiérarchie, plus la taille relative de la réserve de talents est élevée, ce qui reflète un secteur informatique plus robuste. En haut à gauche se trouve l’île Maurice, qui est clairement un pays unique dans le paysage africain. En bas à gauche, on trouve un groupe relativement important de pays disposant d’une réserve de talents importante, mais encore relativement modeste.

Pourcentage de la population sur LinkedIn par pays africain

Outre la taille relative du vivier de talents informatiques, on peut considérer le nombre d’utilisateurs de LinkedIn comme un indicateur. En d’autres termes, plus la proportion de personnes présentes sur LinkedIn est élevée dans un pays donné, plus on peut supposer que les normes professionnelles générales sont élevées. Le classement du pourcentage de personnes présentes sur LinkedIn dans les pays africains est le suivant :

  • Maurice – 19,0
  • Afrique du Sud – 10,1
  • Tunisie – 8,3
  • Zimbabwe – 3,4
  • Sénégal – 3,3
  • Ghana – 3,2
  • Égypte – 2,9
  • Maroc – 2,7
  • Côte d’Ivoire – 2,6
  • Cameroun – 2,3
  • Algérie – 2,3
  • Kenya – 1,9
  • Rwanda – 1,6
  • Nigeria – 1,5
  • Ouganda – 1,2
  • Tanzanie – 1,0
  • Éthiopie – 0,3

Si l’on associe ces données au nombre relatif de développeurs dans un pays, on obtient le graphique suivant :

nombre relatif de développeurs dans un pays

Tout d’abord, on constate qu’ils présentent une très bonne corrélation. Deuxièmement, il y a un groupe clair de précurseurs : Maurice, l’Afrique du Sud et la Tunisie dont chaque entreprise de développement web apporte une valeur ajoutée. Et un groupe clair de pays à la traîne : L’Éthiopie et la Tanzanie. Le reste est regroupé de manière assez proche.

Niveaux de maîtrise de l’anglais sur le continent africain

Maintenant que nous avons une bonne impression de la répartition des développeurs de logiciels africains dans les différents pays, il est temps d’aller plus loin. Pour commencer, nous allons nous pencher sur la maîtrise de l’anglais. Pour de nombreuses entreprises qui cherchent à recruter des développeurs africains, la maîtrise de l’anglais est une condition essentielle. Par conséquent, ce n’est pas seulement la taille du pool de développeurs qui est importante. Mais aussi la part de ce pool qui maîtrise la langue anglaise.

Niveaux de maîtrise de l'anglais sur le continent africain

Le graphique circulaire ci-dessus est largement basé sur l’indice de compétence en anglais (EPI). Cependant, tous les pays africains ne sont pas inclus dans l’EPI. Par conséquent, nous avons procédé à une évaluation supplémentaire fondée sur les résultats de nos propres tests et sur notre expérience. (Nous avons testé plus de 1 000 candidats de 24 pays africains en 2020).

Certains résultats ne sont pas très surprenants. Par exemple, les pays arabes et les pays largement francophones ont généralement un score relativement faible en matière de compétence en anglais. Il est plus remarquable que des pays comme le Nigeria et le Ghana n’obtiennent qu’un score modéré. Et ce, bien que l’anglais soit une langue officielle dans ces pays.

Il est important de réaliser que ces scores s’appliquent à l’ensemble de la population. Cependant, les professionnels du logiciel ont tendance à être beaucoup plus compétents que la moyenne. Le score EPI donne donc une idée de la compétence globale en anglais dans un pays. Mais dans un pays disposant d’un large vivier de talents, il est probable qu’un groupe important de personnes maîtrise l’anglais.

Niveaux de salaire des développeurs de logiciels en Afrique

Vient ensuite la question des salaires. Il s’agit certainement d’un sujet important pour nombre de nos clients. (Mais la qualité est de loin le critère le plus important !)

Tout d’abord, nous avons analysé une variété de sites web mondiaux, panafricains et locaux sur les salaires. Payscale, Wageindicator et Glassdoor étant les principaux. En outre, nous les avons recoupés avec nos propres expériences.

Ensuite, nous avons rassemblé le tout dans le tableau suivant. Ce graphique montre la fourchette de salaires moyenne à élevée. Le plus important, c’est que le fait de réduire la fourchette donne une impression plus significative et facilite la comparaison des niveaux de salaire pertinents entre les pays. En outre, cela crée une image visuelle plus perspicace.

Les niveaux de salaire pertinents entre les pays

L’éventail des salaires des développeurs est très large. Par exemple, le salaire mensuel moyen en Éthiopie n’est que de 229 euros. En revanche, il est presque huit fois plus élevé en Afrique du Sud. Et la tranche supérieure est même 15 fois plus élevée.

Le vivier inexploité de talents technologiques en Afrique

Dans le même ordre d’idées, il est intéressant de voir comment les salaires se comparent à la taille de la réserve de talents. C’est ce que nous avons représenté dans le graphique suivant.

Le vivier inexploité de talents technologiques en Afrique

Une fois encore, veuillez noter que nous avons utilisé une échelle logarithmique pour une lecture plus claire du graphique. Tout d’abord, en haut à droite, vous trouverez les pays où les salaires sont relativement élevés et où le vivier de talents est important. Cela indique que ces pays ont un secteur informatique plus mature. Par conséquent, la demande de développeurs a entraîné des coûts d’embauche plus élevés.

Deuxièmement, dans le coin inférieur droit, vous trouverez les pays disposant d’une grande réserve de talents et de salaires encore assez bas. Ce sont les véritables géants potentiels de l’Afrique. C’est-à-dire, en termes de potentiel d’approvisionnement en professionnels du logiciel. Il s’agit du Nigeria, de l’Égypte et de la Tunisie. Mais le Ghana, l’Algérie et l’Ouganda semblent aussi avoir un grand potentiel inexploité.

L’écosystème technologique africain

Nous continuons à faire un zoom avant. Plus l’écosystème est performant, plus le nombre et la qualité des développeurs de logiciels africains sont élevés. Dans cette section, nous allons donc nous plonger dans ce domaine. Nous allons donc d’abord examiner le climat général des affaires. Ensuite, nous analyserons la propagation des pôles technologiques à travers l’Afrique. Et enfin, nous présenterons les scores de l’indice d’innovation des différents pays africains concernés par cette recherche.

Climat des affaires en Afrique

Chaque année, la Banque mondiale publie son classement Doing Business. Celui-ci vise à qualifier le climat des affaires d’un pays. Le classement est déterminé par 5 facteurs :

– Est-il facile d’ouvrir une entreprise ?

– Y a-t-il beaucoup d’obstacles pour obtenir un emplacement ?

– L’accès au financement est-il suffisant ?

– Quels sont les problèmes rencontrés dans les opérations quotidiennes ?

– Dans quelle mesure l’environnement commercial est-il sûr ?

En bref, le climat commercial d’un pays constitue la base de tout écosystème commercial ou technologique. Lorsque vous décidez de faire des affaires dans un pays donné, l’indice du climat des affaires vous donne une idée importante de la facilité avec laquelle vous pouvez le faire. Et des obstacles auxquels vous serez confronté.

Dans ce graphique, vous pouvez voir comment les différents pays africains se classent en 2020.

Classement des pays africains

Dans l’ensemble, les pays africains ont tendance à ne pas figurer en tête de liste. L’île Maurice et le Rwanda sont les seuls pays à figurer dans le top 50. Le Cameroun, l’Éthiopie, la Tanzanie et l’Algérie se trouvent dans les régions les plus basses du classement. Par ailleurs, l’Afrique du Sud se situe quelque part au milieu. Cette situation est quelque peu atypique pour une économie aussi développée.

Il est également intéressant d’examiner comment les pays améliorent (ou non) leur climat des affaires. Le graphique ci-dessous indique combien de places les pays ont gagné ou perdu par rapport au classement de 2017.

classement de 2017

Il est clair que certains pays ont fait des progrès notables ces dernières années. Le Kenya et le Maroc se rapprochent du top 50. Et le Nigeria, l’Égypte, le Sénégal, le Zimbabwe et la Côte d’Ivoire ont fait un bond impressionnant dans la liste. À l’exception de l’Algérie (qui gagne 9 places), les pays situés en bas du classement n’ont pas progressé, voire ont légèrement reculé.

Prolifération des hubs technologiques dans les pays africains.

Depuis 2016, la GSMA (Global System for Mobile Communications) cartographie le nombre de hubs technologiques en Afrique. Comme ils le disent, ces hubs sont « l’épine dorsale de l’écosystème Tech africain ». Sur l’ensemble de ces hubs, environ la moitié sont des incubateurs ou des accélérateurs de Tech. En outre, 25 % des hubs sont des espaces de coworking. Les 25% restants sont des « autres hubs technologiques ».

Dans l’image ci-dessous, nous avons répertorié les résultats de leur rapport de mi-2020 par rapport à leur rapport de fin 2017.

les résultats de leur rapport de mi-2020 par rapport à leur rapport de fin 2017

Comme vous pouvez le constater, le nombre de hubs par pays est en corrélation étroite avec le nombre total de développeurs de logiciels. En outre, pour la première fois, le Nigeria a dépassé l’Afrique du Sud. En outre, on constate que les huit pays comptant le plus de hubs affichent une croissance impressionnante. Cela témoigne de la prospérité de la scène technologique africaine.

En revanche, le Zimbabwe et l’Éthiopie sont à la traîne. Et l’Ouganda et l’Algérie enregistrent même une diminution du nombre de hubs technologiques. Pour l’Ouganda en particulier, c’est assez inattendu. Nous n’avons pas trouvé d’explication claire à ce phénomène.

L’indice d’innovation pour les pays africains

L’indice d’innovation donne un aperçu du niveau d’innovation dans un pays donné. Il sert de mesure pour déterminer dans quelle mesure les conditions sont favorables à l’épanouissement des entreprises technologiques comme le cas d’une entreprise de développement web. Et par procuration, les conditions dans lesquelles les développeurs de logiciels peuvent prospérer.

Il est publié chaque année par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Le classement est basé sur une recherche complexe portant sur une grande variété de facteurs. Ceux-ci comprennent : les institutions, le capital humain et la recherche, l’infrastructure, la sophistication du marché, la sophistication des entreprises, la production de connaissances et de technologies et la production créative.

la production de connaissances et de technologies et la production créative

Veuillez noter que pour 2018, il n’y avait pas de données disponibles pour l’Éthiopie et la Côte d’Ivoire. Nous avons déjà vu que les pays africains ne figuraient pas dans le top-50 en termes de climat des affaires. De même, dans cet indice, le pays le mieux classé est l’île Maurice, au numéro 52. Après cela, le classement s’amenuise progressivement de la même manière.

Climat général des affaires technologiques

Par la suite, nous avons combiné le climat des affaires et de l’innovation dans le graphique ci-dessous. Il donne un bon aperçu du climat des affaires technologiques en Afrique. Comme nous l’avons conclu précédemment, l’île Maurice est un pays développé unique dans le spectre africain. Après cela, il y a les économies avancées en Afrique : l’Afrique du Sud, la Tunisie, le Maroc et le Kenya. Ce n’est probablement pas une coïncidence si ce sont les pays où les niveaux de rémunération des développeurs sont les plus élevés. C’est-à-dire, à l’exception de la Tunisie.

Climat général des affaires technologiques

À l’autre extrémité du spectre, on trouve le Cameroun, l’Éthiopie et l’Algérie. Ils obtiennent des résultats médiocres sur les deux indices. Ils n’ont pas non plus d’écosystème technologique important, comme nous l’avons vu précédemment. Cela reflète un climat d’affaires technologique vraiment en retard.

Pendant ce temps, le Rwanda a une position unique dans le tableau. Il dispose d’un très bon climat d’affaires. Mais son pouvoir d’innovation est – sans être mauvais – encore limité.

Enfin, le dernier groupe se situe dans la partie inférieure de la fourchette. Le Nigeria et l’Égypte combinent un vaste réservoir de talents avec une croissance importante du nombre de pôles technologiques. Par conséquent, ces pays peuvent être considérés comme les hauts potentiels de ce groupe intermédiaire.

État du secteur des TIC dans les pays africains

Ensuite, nous aimerions zoomer davantage sur le secteur des TIC (Technologies de l’information et de la communication). Il n’y a pas beaucoup de données disponibles. Mais le montant dépensé en logiciels informatiques au niveau national donne un indice. Il en va de même pour l’importance des exportations de services TIC dans un pays. Ces deux éléments sont fournis sous la forme d’un sous classement dans l’indice d’innovation mentionné précédemment.

Dépenses en logiciels informatiques

Le classement des dépenses en logiciels informatiques est relatif. En d’autres termes, il est mesuré en pourcentage du PIB. Il comprend la valeur totale des logiciels packagés achetés ou loués dans un pays. Par exemple, les systèmes d’exploitation, les systèmes de base de données, les outils de programmation, les utilitaires et les applications. Il exclut les dépenses liées au développement de logiciels internes et au développement de logiciels personnalisés externalisés.

Le classement de ces pays africains est le suivant :

  • Égypte – 21
  • Zimbabwe – 22
  • Tunisie – 34
  • Sénégal – 40
  • Afrique du Sud – 48
  • Maroc – 59
  • Maurice – 73
  • Cameroun – 76
  • Kenya – 77
  • Nigeria – 83
  • Rwanda – 102
  • Côte d’Ivoire – 119
  • Ouganda – 121
  • Algérie – 122
  • Ghana – 123
  • Tanzanie – 124
  • Éthiopie – 125

Ce chiffre donne une indication de la numérisation de l’économie. De manière assez surprenante, le Zimbabwe occupe le deuxième rang. Et le Cameroun occupe également une place inattendue dans la liste. De même, le Kenya et le Rwanda sont peut-être plus bas dans ce classement que ce à quoi on pourrait s’attendre. C’est-à-dire sur la base de leur climat général des affaires en matière de technologie.

En bas de la liste, nous trouvons l’Éthiopie, la Tanzanie et l’Algérie. Avec le Ghana, l’Ouganda et la Côte d’Ivoire. Tous ces pays sont largement en phase avec le classement du climat des affaires en matière de technologie.

Externalisation à partir des pays africains

Le classement des exportations de services TIC est également relatif. Il est basé sur le pourcentage du commerce total par pays. Cette mesure donne une bonne indication pour savoir si un pays participe déjà sérieusement à la tendance à l’externalisation des TI.

Le classement pour cette mesure est le suivant :

Sénégal – 16

Maroc – 24

Kenya – 26

Maurice – 55

Cameroun – 57

Tunisie – 68

Égypte – 77

Côte d’Ivoire – 78

Rwanda – 86

Ouganda – 88

Éthiopie – 93

Afrique du Sud – 95

Nigeria – 107

Algérie – 109

Zimbabwe – 114

Tanzanie – 118

Ghana – non disponible

Il s’agit d’une mesure un peu délicate. Puisqu’elle est mesurée par rapport au commerce total, un pays dont le volume des échanges est élevé peut se retrouver en bas de la liste tout en ayant des exportations de TIC importantes. Par conséquent, on pourrait s’attendre à ce que des économies plus petites figurent en tête de liste. Le Sénégal, le Maroc, le Kenya et l’île Maurice ont clairement un secteur de sous-traitance informatique relativement bien développé. Là encore, le Cameroun se classe étonnamment haut. Et ce, compte tenu de leur faible classement en ce qui concerne le climat général des affaires dans le secteur des technologies.

Le paysage du secteur des TIC en Afrique

La combinaison des deux mesures donne une indication du paysage du secteur des TIC en Afrique.

Le paysage du secteur des TIC en Afrique

On peut s’attendre à ce que les pays en bas à gauche aient un secteur de sous-traitance informatique relativement avancé. En bas à droite, on peut supposer que le secteur des TIC est tourné vers les besoins de l’économie locale. D’autre part, en haut à droite, on trouve les pays africains dont le secteur des TIC est le moins développé (sur les 17 premiers).

Compétences des développeurs de logiciels africains : langages et frameworks

Jusqu’à présent, nous avons cherché à savoir où trouver des développeurs de logiciels africains. Nous allons maintenant faire un dernier zoom sur les compétences logicielles réellement disponibles sur le marché.

Compétences en langues logicielles des développeurs africains

Nous avons calculé le nombre de développeurs par compétence et par pays (top-17). Pour ce faire, nous avons croisé les données de LinkedIn, de Github et du rapport de la SFI que nous avons mentionné précédemment. Nous avons compté les fois où les personnes ont indiqué une certaine langue comme une compétence qu’elles possèdent. Il est probable que de nombreuses personnes ont omis des compétences. Par exemple, parce qu’ils ne la considèrent pas comme une compétence clé pour eux. En d’autres termes, un développeur peut connaître JavaScript, mais ne pas le mentionner sur son profil LinkedIn car il se concentre principalement sur un autre langage dans la vie réelle.

Il faut donc se rappeler qu’il s’agit d’estimations avec des limites. Mais elles donnent un indice fiable sur le nombre de développeurs actifs sur le continent et quel type de compétences ils possèdent.

Compétences en langues logicielles des développeurs africains

Tout d’abord, on constate que les langues logicielles les plus populaires sont en nombre important en Afrique. Toutefois, on constate un net recul en ce qui concerne les petits langages. De même, Swift et Objective C – purs langages de programmation pour iOS – ne sont pas très populaires en Afrique. Cela témoigne du fait que la part de marché d’iOS est très faible en Afrique.

En matière de frameworks chez les développeurs de logiciels africains

De la même manière, nous avons examiné les cadres logiciels. Des conclusions comparables peuvent être tirées ici.

En matière de frameworks chez les développeurs de logiciels africains

.NET arrive en tête de liste, suivi par Android et les frameworks JavaScript les plus utilisés. Viennent ensuite les frameworks les plus populaires pour Java, PHP et Django. En outre, il convient de noter que iOS est plus populaire parmi les frameworks que ce à quoi on pourrait s’attendre sur la base des langages sous-jacents. Cela s’explique par la popularité croissante des technologies multiplateformes. En résumé, les frameworks contemporains les plus utilisés sont en nombre important sur le marché africain.

Conclusion : des pionniers aux retardataires

Pour résumer, nous pouvons diviser les 17 premiers pays africains en quatre groupes : les pionniers, les géants en devenir, les outsiders prometteurs et les retardataires.

Les pionniers

L’île Maurice, l’Afrique du Sud, le Maroc, la Tunisie et le Kenya.

– Nombre élevé de développeurs par million d’habitants

– Bonne maîtrise de l’anglais (Maurice, Afrique du Sud, Kenya) ou du français (Maroc et Tunisie).

– Des niveaux de salaire relativement élevés, à l’exception de la Tunisie, qui comporte d’ailleurs une excellente entreprise de développement web dans chaque recoin du pays et surtout dans les grands pôles technologiques comme Tunis et Monastir.

– Climat attrayant pour les entreprises technologiques

Ces pays sont intéressants pour la recherche de programmeurs de logiciels en Afrique si vous préférez l’approche la moins risquée. Et que vous êtes prêt à payer le prix fort pour cela ou un prix moyen pour un développeur logiciel comme en Tunisie.

Les géants qui s’éveillent

Le Nigeria et l’Égypte.

Ces deux pays ont une population énorme. Et par conséquent, une très grande réserve de talents. Au Nigeria, la maîtrise de l’anglais est un atout. Les niveaux de salaire dans les deux pays sont encore très modérés. Le climat commercial (technologique) est loin d’être idéal. Mais il s’améliore rapidement. Il en va de même pour la scène (hub) technologique, qui connaît un essor considérable dans les deux pays.

C’est dans ces pays que les choses vont se passer dans les années à venir en Afrique.

Les outsiders prometteurs

Ghana, Sénégal, Ouganda, Rwanda, Cameroun.

Ce groupe de pays a des atouts. Mais ce ne sont pas les mêmes choses en soi.

– Ghana et Ouganda. Importante population de développeurs, bonne maîtrise de l’anglais, niveaux de salaire modérés.

– Sénégal et Cameroun. Secteur des TIC relativement bien développé, maîtrise du français, niveaux de salaire modérés. Cependant, le climat des affaires au Cameroun est une préoccupation majeure.

– Le Rwanda. Petit pays, mais avec un climat d’affaires exceptionnellement bon. Niveaux de salaire modérés.

Les pays à croissance tardive

Éthiopie, Tanzanie, Zimbabwe, Côte d’Ivoire, Algérie.

Affectueusement appelés « late-bloomers ». Pour clarifier, c’est parce qu’ils ont certainement du potentiel. Mais ne semblent pas encore avoir été en mesure de le débloquer à grande échelle.

– L’Éthiopie. A une population énorme. Et par conséquent, en théorie, un énorme capital humain. Cependant, elle obtient un score faible sur presque tous les paramètres que nous avons examinés.

– Tanzanie et Zimbabwe. Un bassin de développeurs relativement petit mais important et une bonne maîtrise de l’anglais. En revanche, les niveaux de salaire sont plus élevés que dans d’autres pays où le climat des affaires est bien meilleur.

– Côte d’Ivoire et Algérie. Ces pays ont en commun une très faible maîtrise de l’anglais, mais bien sûr un niveau élevé en français. L’Algérie dispose d’un important vivier de développeurs, mais les salaires sont bas. En Côte d’Ivoire, le vivier est encore important, mais de taille bien moindre. Et les salaires sont plus élevés. Toutefois, le climat des affaires y est bien meilleur que celui de l’Algérie, qui se situe dans le bas de la fourchette.

Pas de meilleure solution

Pour résumer, l’Afrique est un vivier de développeurs de logiciels relativement peu connu et en pleine expansion. Toutes les compétences et tous les cadres populaires sont disponibles dans la réserve de talents technologiques africains. Il existe différentes approches pour puiser dans ce vivier. Espérons que cet article de recherche vous a aidé à déterminer votre stratégie.

Traduit librement depuis cet article original

https://tunga.io/african-software-developers-best-countries-for-sourcing/

Nouveautés

Freelance IT , les meilleurs moyens pour promouvoir votre activité

Freelance IT , les meilleurs moyens pour promouvoir votre activité

Si secteur IT continue à fortement recruter avec +23 000 créations nettes d’emplois recensés en janvier 2024, les entreprises chercheront des talents IT indépendants pour répondre à leurs besoins spécifiques notamment face à l’IA, la cybersécurité et le cloud...

Le marché IT en 2024 : des bonnes perspectives pour le freelancing

Le marché IT en 2024 : des bonnes perspectives pour le freelancing

Au cours de la dernière décennie, dans sa généralité, le marché du travail a radicalement changé face aux innovations technologiques et informatiques, le besoin des entreprises d’innover sans cesse pour se démarquer, les tendances de travail… Si le freelancing...

Lien externe : Guide 2024 pour les débutants

Lien externe : Guide 2024 pour les débutants

Le lien externe, également connus sous le nom de lien sortant, est essentiel à une structure de liens saine sur votre site web. En l’ajoutant à votre contenu, vous pouvez aider votre site web à obtenir de nombreux avantages, mais de nombreuses entreprises n'aiment pas...

SEO copywriting : Pour une stratégie de référencement efficace

SEO copywriting : Pour une stratégie de référencement efficace

Le copywriting est une partie essentielle du marketing de contenu, mais une nouvelle expression qui gagne en popularité est le SEO copywriting. Qu'est-ce que le SEO copywriting ? En quoi diffère-t-il du copywriting et de la rédaction de contenu ? Si vous êtes un...

SEO et SEA : Comment créer une stratégie parfaite en 2024 ?

SEO et SEA : Comment créer une stratégie parfaite en 2024 ?

Les adeptes du SEO et les professionnels du SEA ont toujours eu tendance à travailler séparément sans tenir compte de l'autre. Pourtant, les techniques de SEO ainsi que du SEA sont complémentaires. Les entreprises peuvent obtenir d'excellents résultats en combinant...

Seo checklist : 45 façons d’augmenter votre trafic de recherche

Seo checklist : 45 façons d’augmenter votre trafic de recherche

Si vous voulez augmenter votre trafic de recherche cette année, soyez attentif. Parce que cette Seo checklist va vous montrer 45 façons différentes que vous pouvez augmenter votre trafic de recherche : Les gens aiment rendre le SEO compliqué, mais il ne se résume qu'à...

SEO On Page : Guide 2024 pour optimiser votre site

SEO On Page : Guide 2024 pour optimiser votre site

Au fil des ans, les pratiques du SEO on page, pour la plupart, sont restées les mêmes. Mais les progrès récents dans le domaine du traitement du langage naturel (NLP) et de l'apprentissage automatique (ML) ont aidé Google à mieux comprendre le contenu des sites web et...

Consultant cybersécurité : Guide complet pour 2024

Consultant cybersécurité : Guide complet pour 2024

S'il est une chose sur laquelle nous pouvons être d'accord en ce qui concerne le secteur de la cybersécurité, c'est qu'il a donné naissance à un éventail vertigineux de metiers et spécialisations professions. En passant par les architectes en cybersécurité,...

SEO off page : Meilleures techniques en 2024

SEO off page : Meilleures techniques en 2024

Commençons par un exemple pour vous faciliter la tâche. Vous avez une voiture flambant neuve avec le moteur le plus raffiné... Vous voulez prendre la route et foncer comme le Ghost Rider... Mais vous appuyez sur la pédale d'accélérateur et vous vous apercevez que...

Concepteur de site web freelance : métier, formation et compétences

Concepteur de site web freelance : métier, formation et compétences

Si vous cherchez des conseils sur le metier concepteur de site web, vous trouverez beaucoup d'informations obsolètes. En passant par des  articles recommandant aux intéressés  d'apprendre des technologies qui ne sont plus des normes industrielles dans le domaine de la...

Lire aussi