Les aspects financiers du portage salarial

Créé dans les années 80, le portage salarial connaît un regain d’intérêt en France. En 2020, une étude avait recensé environ 100.000 salariés portés (Source : FEPS). En effet, c’est une formule d’emploi qui combine l’autonomie d’un consultant indépendant à la sécurité du statut d’un travailleur classique. Ici, un contrat tripartite lie les acteurs concernés : le salarié porté, la société en portage salarial et l’entreprise cliente. Par ailleurs, le portage salarial inclut des aspects financiers spécifiques. On vous dit tout à ce sujet pour les deux premiers intervenants susmentionnés.

Les caractéristiques financières pour le salarié porté

À titre de rappel, le salarié porté est un cadre, -demandeur d’emploi-, qui opte pour la formule du portage salarial. Entre lui et la société de portage, -son employeur-,  s’érige un contrat de travail, similaire à celui de l’employé lambda. Retrouvons tout de suite les caractéristiques financières qui lui incombent.

Le salaire

C’est le chiffre d’affaires généré tous les mois. Généralement, le salarié porté peut le fixer au gré de ses envies. Mais, il vaut mieux qu’il soit supérieur à 300 € afin d’aider le salarié porté à supporter toutes les charges. Il résulte des négociations commerciales  menées  en  amont  avec  son  client.   D’ailleurs,   ce  versement  est  devenu  obligatoire  depuis l’ordonnance   n°2015-380 du 02 avril 2015 relative au portage salarial (Source : legifrance.gouv)

La rétribution brute comprend :

  • Les honoraires perçus ;
  • Les primes de congés payés ;
  • La prime complémentaire, qui peut exister au vu de la nature de vos activités ou des capacités de votre employeur ;
  • Les primes d’ancienneté (à la fin d’un CDD) ;
  • La prime d’apporteur d’affaires, qui correspond à 5% des ventes ;
  • La réserve financière, distribuée obligatoirement par votre employeur en cas de baisse ou d’absence d’activité ;
  • Les frais de fonctionnement (maximum 30% de ses revenus) s’ils existent.

De cette somme, sont déduits les frais de gestion (commissions de la société de portage), les contributions salariales et la mutuelle obligatoire d’entreprise.

En guise de récapitulatif, on a :

Salaire brut = Chiffres d’affaires (CA) + Primes de congés payés + (Prime complémentaire) + Primes d’ancienneté + Prime d’apporteur d’affaires + Réserve financière + (Frais de fonctionnement)

Salaire net = Salaire brut – Frais de gestion – Cotisations salariales – Mutuelle obligatoire d’entreprise

Attention : En cas de retard de paiement, le salarié porté peut tout de même percevoir ses gains en fonction du nombre d’heures travaillées. C’est l’un des nombreux droits que lui confère le portage salarial.

La fiche de paie

Conformément aux dispositions de l’article R3243-1 du Code du travail (Source : legifrance.gouv),, ce document doit contenir les mentions ci-après :

  • L’identité et l’emploi du salarié ;
  • Son rang au regard de la Convention collective (moins de 3 ans pour les cadres juniors et plus de 3 ans pour les cadres seniors) ;
  • Le régime de la Convention collective applicable à son paiement ;
  • Le code NAF (Norme d’Activités Françaises) de la société de portage salarial. Les codes autorisés en portage salarial sont 7830Z, 7022Z, 8299Z, 7112B, 84459A ou 6420Z;
  • Le nombre de jours de congé autorisés, pris et restants ;
  • Les références des organes la Sécurité sociale ;
  • Les indices sur les retenus à la source ou l’impôt sur le revenu (IR). Notons que le règlement de cette taxe est devenu obligatoire depuis le 1er janvier 2019. Dans la fiche de paie, le salarié porté verra le taux et le montant prélevé correspondants. Cependant, le pourcentage en question peut être modifié auprès des services fiscaux ;

Attention : En l’absence de l’un des éléments suscités, il est impératif de se rapprocher du Fedep’s. Fondée en 2017, c’est l’association desusagers du portage salarial, qui lutte contre les frais cachés dans ce système.

Les aspects financiers du portage salarial

Les cotisations salariales

Depuis le 1er janvier 2019, l’employeur transmet une fiche de paie plus lisible. Toutefois, à la demande, il doit détailler le plus possible cette catégorie de charges. Ainsi, le salarié évitera toute saisie inattendue sur ses gains. Ci-dessous, découvrez les rubriques relatives aux cotisations salariales :

  • Rubrique 1 – Santé
    • Sécurité sociale (maladie, maternité, invalidité ou décès) ;
    • Complémentaire Incapacité-Invalidité-Décès (prévoyance) tranche A (et tranche B sur la part du revenu brut excédant le PMSS ou Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale) ;
    • Complémentaire santé (mutuelle) ;
  • Rubrique 3 – Vieillesse
    • Sécurité sociale plafonnée (régime de base) ;
    • Sécurité sociale déplafonnée (régime de base) ;
    • Régime additionnel (tranche 1) ;
    • Régime additionnel (tranche 2) ;
  • Rubrique 5 – Allocations familiales
  • Rubrique 8 – CSG (Contribution Sociale Généralisée) déductible du prélèvement à la source
    • CSG déductible
  • Rubrique 9 – CSG/CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale) non déductible de l’impôt sur le revenu
    • RDS-CSG non déductible

Le compte d’activité

Cette obligation fait suite aux modalités de l’article L1254-25 du Code du travail. La création de ce compte répond à des besoins de transparence avec le salarié porté. De ce fait, chaque mois, le travailleur porté, est notifié virtuellement par son employeur des mouvements comptables le concernant. Sont mentionnés :

  • La somme versée par l’entreprise cliente à la société de portage salarial pour une mission ;
  • Le calcul des frais de gestion;
  • Les frais professionnels. Ce sont des montants non facturés au client, mais qui ont aidé le salarié dans l’exécution de sa mission. D’ailleurs, il peut percevoir par la suite, à condition qu’ils soient raisonnables ;
  • Les retenues sociales et fiscales ;
  • Le calcul de la prime d’apporteur d’affaires ;
  • La rémunération nette ;

Il est important de s’assurer que votre compte d’activité soit conforme aux yeux de la loi. Pour cela, les 03 conditions suivantes doivent être réunies :

  • Votre société de portage salarial doit s’arrimer au « label zéro frais cachés» du Fedep’s. Comme son nom l’indique, cette indication doit garantir que l’entreprise n’effectue aucun prélèvement illégal sur vos revenus ;
  • La fiche de paie physique doit être similaire à celle du compte d’activité. Vigilance donc en cas d’écart avec la réalité. À défaut, il vaudrait mieux se rapprocher de votre employeur ou des organismes compétents pour des réclamations. Si par exemple, les références sur les prélèvements sociaux sont floues, n’hésitez pas à solliciter les administrations concernées.
  • Vous devez connaître toutes les imputations possibles à tout moment. Rassurez-vous de surveiller les points suivants :
    • La restitution fidèle des charges sociales (salariales et patronales) ;
    • La déductibilité de la TVA déductible des frais professionnels sur leur remboursement, celles des autres taxes et des assurances ;
    • L’exactitude des frais de gestion prélevés réellement et ceux de la simulation ;
    • La justesse du revenu net avant impôts ;

Le portage salarial

Le Compte-Rendu d’Activité (CRA)

En échange du contrôle de ses missions, le salarié porté doit exposer un rapport d’activités à son employeur. La transmission du document en question se fait au moins une fois par mois. De cette façon, le salarié démontre sa bonne foi et les difficultés rencontrées. À terme, un tel geste servira à consolider les liens professionnels entre son employeur et lui.

Contrairement au rapport d’activités traditionnel, le CRA doit plutôt résumer l’ensemble des missions réalisées au cours du mois. En détail, on y retrouve le nombre d’heures ou de jours travaillés, le bilan des prestations fournies, l’évaluation et la description de la mission, les livrables. Peuvent aussi apparaître les frais professionnels non facturés et des éléments exigés par votre employeur.

Il convient de noter que le CRA s’accompagne parfois des pièces justificatives garantissant l’effectivité des services rendus. Parmi ces pièces, on retrouve soit des factures soit des tickets de caisse. À l’issue de sa rédaction, le compte-rendu d’activités est cosigné par le salarié porté et la société de portage.

Dans la plupart des cas, vous pourrez rédiger votre CRA en ligne, via l’espace qui vous est réservé par l’employeur. Ainsi, vous ne prenez aucun risque d’oublier un élément important. À contrario, il faut l’élaborer personnellement et le faire parvenir par mail ou courrier postal.

Les caractéristiques financières pour la société en portage salarial

À ce jour, on compte environ 700 entreprises de portage salarial. Rien qu’en 2019, elles avaient réalisées 1,3 milliards d’euros de  chiffres  d’affaires  (Source : FEPS).  Selon  les  prévisions  du  FEPS  (Fédération  des Entreprises de Portage Salarial), ce chiffre pourrait grimper à 15 milliards à l’horizon 2025. On entend par Entreprise de Portage Salarial (EPS), toute firme créée uniquement pour ce but. Autrement dit, une telle compagnie ne doit être constituée que pour le portage salarial. Grâce à son portefeuille clients évolutif, elle recrute des salariés portés pour leur expertise unique. Sur le plan financier, elle s’occupe des points ci-après :

La facturation

Logiquement, la société de portage salarial est assujettie au paiement de son salarié porté. Bien entendu, à cela s’ajoute d’autres tâches, surtout administratives. De ce fait, le portage salarial décharge complètement le salarié porté de ce travail fastidieux.

Prenons un cas pour mieux expliquer la facturation. Une entreprise cliente Z s’intéresse aux prestations d’un salarié porté Y. Cette dernière entre en contact avec lui indirectement, via la société X qui l’emploie. Au terme de la mission confié à l’employé, la société de portage doit facturer lesdites prestations au client. Evidemment, la qualité du service rendu impactera aussi bien l’image du travailleur que celle de l’employeur.

Les aspects financiers

Les frais de gestion

Après avoir récupéré la somme due par le client, la société de portage la reverse mensuellement à son salarié porté. Mais, au préalable, elle prélèvera les frais de gestion. Ce sont des commissions qui lui reviennent de droit et qui sont évalués en pourcentage (5-10%). Ainsi, les potentiels salariés portés doivent considérer cet élément, surtout au moment de la négociation commerciale. En d’autres mots, plus ils seront élevés, moins le salaire augmentera et vice versa.

En échange de cette rétribution, l’entreprise de portage salarial s’engage à fournir les prestations suivantes au profit du salariéporté :

  • La gestion administrative, juridique et fiscale ;
  • La facturation des prestations ;
  • Le suivi d’apprentissage (formations, séminaires, conférences, etc.) pour accroître les compétences ;
  • Les outils de contrôle d’activité ;
  • L’accès au portefeuille-clients ;
  • Les avances sur trésorerie ;
  • Le remboursement des frais professionnels ;

Pour elle-même, les frais de gestion couvrent la constitution :

  • De la convention de portage (ou dossier du salarié porté) ;
  • Du contrat de travail (pour chaque mission) et du contrat commercial ;
  • De la DPAE (Déclaration Préalable A l’Embauche auprès de l’URSSAF) ;
  • Des déclarations des charges salariales et patronales ;
  • D’un comité social d’entreprise si possible ;

Supposons qu’un salarié porté perçoive 5.000 € de revenus mensuels. Dans le cadre de ses missions, il est rattaché à une société qui applique des frais de gestion évalués à 7,5%. Par conséquent, son salaire net donnera :

Revenu net = 5.000 € – 375 €  (7,5% de 5.000 €)

Net à payer = 4.625 €

Les cotisations patronales

À son tour, la société de portage salarial doit supporter quelques charges patronales. Il s’agit, entre autres, des rubriques ci-après, en provenance du Code du travail :

  • Rubrique 2 – Accidents et maladies professionnelles
  • Rubrique 6 – Indemnité contre le chômage
    • Chômage ;
    • APEC (Association Pour l’Emploi des Cadres) ;
  • Rubrique 7 – Contributions complémentaires dues par l’employeur
    • Prime de transport ;
    • FNAL (Fonds National d’Aide au Logement) ;
    • Solidarité-autonomie ;
    • Forfait social ;
    • Taxe d’apprentissage ;
    • Financement des syndicats ;

Qu’elles soient à sa charge ou à celle du salarié porté, les diverses cotisations doivent être restitués aux 03 organismes ci-dessous :

  • l’URSSAF (Union de Recouvrement des Cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales) ;
  • l’AGIRC-ARRCO (pour la retraite complémentaire des salariés privés, agricoles et assimilés salariés)
  • les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés).

La gestion fiscale

En principe, le freelance traditionnel est contraint de déclarer lui-même ses revenus et de gérer toute la paperasse qui s’accompagne. Néanmoins, en portage salarial, cette obligation incombe exclusivement à la société de portage. En effet, elle enregistre le salarié dans le régime d’imposition qui lui est propre.

Les aspects financiers du portage salarial

Faut-il le rappeler, il existe 03 régimes d’imposition dans l’Hexagone : neutre, personnalisé ou individualisé. Durant les premiers mois du salarié porté, on appliquera le régime neutre pour permettre aux services fiscaux de lui créer une identité. Après un an, il passera au régime personnalisé. Enfin, s’il est marié ou pacsé, le porté peut solliciter le régime individualisé. Les différents taux y relatifs varient sensiblement au salaire brut à percevoir.

Par la suite, l’entreprise de portage se rapproche de l’administration fiscale pour :

  • Déclarer les revenus du salarié ;
  • S’occuper du recouvrement des missions ;
  • Reverser les charges sociales aux organismes compétents ;

En portage salarial, l’impôt sur le revenu (IR) se calcule comme suit :

IR à prélever = (Salaire brut – Cotisations salariales + CGS/CRDS non déductible de l’impôt sur le revenu + Part patronale de la mutuelle santé éventuelle) x Taux d’imposition appliqué

Ex : Monsieur X est un salarié porté de la société de portage Y. Le 25 mai 2021, Monsieur X a déclaré 7.500 € de revenus bruts mensuels. Les informations supplémentaires ont été données :

Cotisations salariales = 1.355 € ; CGS/CRDS non déductible = 750 € ; Taux d’imposition appliqué (neutre) = 20%.

IR= (7.500 € – 1.355 € + 750 €) x 20% de 7.500 €

IR = 6.895 €

La garantie financière et la Responsabilité Civile Professionnelle (RCP)

La garantie financière est exigible auprès d’une compagnie d’assurance, un établissement financier ou une société de caution mutuelle. Celle-ci permettra d’éviter la défaillance de rémunération et d’acquittement des charges sociales. Actuellement, elle est de 10% de la masse salariale et sera enregistrée au cours d’un exercice.

Quant à la responsabilité civile professionnelle, il s’agit d’une prérogative pour la société de portage. En la signant, elle garantit sa protection et celle des travailleurs portés à sa charge contre les dommages corporels, matériels et immatériels. En cas de litiges probables avec les entreprises clientes, sa signature les empêchera de payer les préjudices subis. C’est plutôt l’organisme à laquelle la société de portage salarial aura souscrit qui les supportera.

Ex de situation justifiant le recours à la RCP :

Au cours d’une mission de communication, vous avez malencontreusement supprimé des documents importants pour votre client. Résultat des courses, il a dû bloquer les campagnes prévues dans son agenda. Si vous aviez souscrit à une RCP à ce moment-là, c’est votre assurance qui aurait reversé l’équivalent financier du tort causé. Par contre, dans le cas où l’acte était volontaire, c’est vous-même qui auriez réglé le problème.

Les meilleurs simulateurs de portage salarial

En règle générale, c’est un service proposé par les sociétés de portage salarial existantes. Ainsi, leur inclusion sur les sites web de ces dernières répond à un souci de transparence. Ci-dessous, retrouvez quelques exemples de ces outils classés par ancienneté.

Le portage salarial

Simulateur n°1 : Admissions.fr

Les plus :

  • Frais de gestion compris entre 5% et 10% du CA réalisé ;
  • Possibilité de percevoir une avance sur salaire et le salaire minimum ;
  • Paiement en début du mois (le 05) ;
  • Frais professionnels maximum définis par l’URSSAF ;
  • Prise en charge de la PEE (Plan d’Epargne Entreprise), PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collectif) et du chèque CESU ;
  • Parrainage possible (200 €/filleul porté)

Les moins :

  • Défaut de labellisation « zéro frais cachés » du Fedep’s ;
  • Absence de fiche de paie en simulation ;
  • Pas de frais additionnels (CVAE, Responsabilité Civile Professionnelle, C3S, bancaire, etc.) ;
  • Pas de facturation à particulier, de garantie financière ;
  • Pas de congés maternité ;

Simulateur n°2 : Monday.com

Les plus :

  • Frais de gestion compris entre 2% et 5% du CA produit ;
  • Avance sur salaire et versement possible du CA minimum ;
  • Règlement rapide (entre le 05 et le 10 du mois après réception du Compte-Rendu d’Activités ou CRA) ;
  • Visualisation d’un aperçu du bulletin de paie en simulation ;
  • PEE (3241€/an), PERCO (6483€/an) et chèques-cadeaux ;
  • Existence d’une garantie financière, de congés de naissance, d’un compte d’activité en version PDF et d’un programme de mise en relation ;

Les moins :

  • Pas de labellisation « zéro frais cachés » du Fedep’s ;
  • Pas de CESU et de chèque culture ;

Les aspects financiers du portage salarial

Simulateur n°3: links-consultants.com

Les plus :

  • Des frais de gestion allant de 5% à 10% du CA réalisé ;
  • Paiement entre le 31 et le 05 du mois suivant ;
  • Visibilité du brouillon d’une fiche de paie pendant la simulation ;
  • Frais professionnels plafonnés à 30% du CA brut ;
  • Existence d’une garantie financière et d’un compte d’activité en version PDF ;
  • Possibilité de parrainage ;

Les moins :

  • Aucun versement du salaire minimum ;
  • Pas de PEE, PERCO, chèque CESU, chèque culture & chèque cadeaux ;
  • Aucune facturation à particulier ;
  • Pas de CVAE, RC Pro, C3S, bancaire, etc.

Simulateur n°4: Cadresenmission.com

Les plus :

  • Frais de gestion compris entre 5% et 10% du CA réalisé ;
  • Avance salariale et salaire a minima;
  • Paiement entre le 05 et le 10 de chaque mois ;
  • Visibilité d’un brouillon de fiche de paie en simulation ;
  • PEE, PERCO et chèque cadeaux ;
  • Existence d’une garantie financière ;
  • Parrainage possible ;

Les moins :

  • Manque de labellisation « zéro frais cachés » du Fedep’s ;
  • Aucune prise en charge des frais de grands déplacements ;
  • Pas d’optimisation fiscale, de chèque CESU et culture ;
  • Pas d’assurance déplacement à l’international ;
  • Pas de compte d’activité en version PDF ;

Simulateur n°5: Rh-solutions.com

Les plus :

  • Acompte salarial et versement possible ;
  • Paiement rapide (dès le 5 du mois) ;

Les moins :

  • PEE possible et existence d’une garantie financière ;
  • PERCO, CESU, chèque culture et chèque cadeaux à la demande ;
  • Absence d’un compte d’activité et d’un système de parrainage ;

Simulateur n°6: Abcportage.fr

Les plus :

  • Des frais de gestion compris entre 3% et 10% du Chiffres d’Affaires (CA) ;
  • Avance sur salaire et versement du salaire minimum ;
  • Fiche de paie visible en simulation ;
  • Des frais professionnels plafonnés à 15% tous les mois ;
  • Compte d’activité présent en PDF ;
  • Parrainage possible (250 € pour le parrain et 70 €/filleul) ;

Les moins :

  • Pas de label « zéro frais cachés » du Fedep’s ;
  • Paiement dès le 26 du mois ;
  • Pas de PEE, de PERCO, de chèque CESU et culture ;
  • Pas de facturation à particulier, d’assurances rapatriement, de congés maternité et d’amortissement du matériel informatique ;

 Simulateur n°7: Webportage.com

Les plus :

  • 02 offres pour les frais de gestion (soit 5%, soit 8%, accessible et changeable à tout moment et gratuitement) ;
  • Paiement rapide (entre le 01er et le 05 du mois) ;
  • Draft du bulletin de paie en simulation (disponible à la demande) ;
  • Présence d’une garantie financière, des congés de naissance, d’un compte d’activité en format PDF et d’un programme d’affiliation ;

Les moins :

  • Pas d’avance sur salaire ;
  • Absence de PEE, PERCO, CESU, chèque culture et chèques-cadeaux ;

Simulateur n°8: Ventoris.fr

Les plus :

  • Frais de gestion compris entre 2% et 7% (dégression possible dès 125.001 € du CA annuel) ;
  • Versement du salaire minimum et congés de naissance possibles ;
  • Avance sur salaire et aperçu d’une fiche de paie en simulation disponibles à la demande ;
  • Paiement rapide (le 05 du mois) ;
  • PEE, PERCO, CESU et chèques cadeaux ;
  • Présence d’une garantie financière et d’un compte d’activité en PDF ;
  • Système de parrainage disponible via chèques cadeaux ;

Les moins :

  • Pas de labellisation « zéro frais cachés » du Fedep’s ;
  • Pas de chèque culture ;

Les aspects financiers

Simulateur n°9: Umalis.com

Les plus :

  • Entre 2% et 9% du CA produit ;
  • Meilleur ratio salaire avant impôt / CA HT mensuel sans frais professionnels (38%, soit le plus bas du marché) ;
  • Frais de déplacement à l’étranger supporté par la société ;
  • Existence d’un salaire a minima;
  • Rémunération à échéance rapide (le 10 du mois) ;
  • Fiche de paie visible après la simulation ;
  • Paiement rapide (tous les 10 du mois) ;
  • CVAE, RC Pro, C3S, bancaire, etc.
  • PEE, PERCO, CESU, chèque culture, chèque cadeaux et congés de naissance ;
  • Possibilité d’acquérir un véhicule professionnel ;
  • Prise en compte de tous les profils compatibles avec le portage salarial ;

Les moins :

  • Recrutement payant ;
  • Aucun acompte salarial possible ;
  • Pas de garantie financière et de compte d’activité en PDF ;
  • Absence d’un programme de parrainage ;

Simulateur n°10: Weareportage.fr

Les plus :

  • Versement intégral du salaire minimum ;
  • Paiement rapide (entre le 25 et le 05 du mois suivant) ;
  • Présence d’un aperçu du bulletin de paie en simulation et d’un compte d’activité en PDF ;
  • PEE, PERCO, CESU, chèque culture et chèques cadeaux ;
  • Présence d’une caution financière et de congés de naissance ;
  • Parrainage possible via chèques cadeaux de 200 € ;

Les moins :

  • Pas de labellisation « zéro frais cachés » du Fedep’s ;
  • 230 € de CA journalier minimum à percevoir ;

Simulateur n°11: Prium-portage.com

Les plus :

  • Labellisé « zéro frais cachés » par la Fedep’s ;
  • Paiement rapide (avant le 5 du mois) ;
  • PEE, PER, PERCO, Chèques cadeaux, CESU, CE, Titres restaurants (SWILE) ;
  • Frais de gestion compris entre 5% (avance partielle) et 7% (avance totale) ;
  • CVAE, RC Pro, C3S, Agefiph, garantie financière et compta d’activité en PDF ;
  • Visualisation d’une ébauche de la fiche de paie en simulation ;
  • Frais professionnels plafonnés à 30% du CA réalisé ;
  • Parrainage possible (10% des frais de gestion/filleul) ;

Les moins :

  • Ratio salaire avant impôts/CA mensuel sans frais pro élevé (50,24%)

Simulateur n°12: Sta-portage.com

Les plus :

  • Labellisé « zéro frais cachés » par le Fedep’s ;
  • Frais de gestion de 5% sur le CA réalisé ;
  • Acompte sur salaire et parrainage possible ;
  • Paiement rapide (le 05 du mois) ;
  • Aperçu d’une fiche de paie en simulation ;
  • Chèques culture/cadeaux, CESU, et titres-restaurant (SWILE) ;
  • Retraite, assurance maladie et chômage pris en compte ;
  • Présence d’un compte d’activité en PDF et d’une garantie financière ;

Les moins :

  • Pas de facturation à particulier ;
  • Pas de CVAE et de visite médicale ;

Simulateur n°13: Qualitalents.fr

Les plus :

  • Souscription à une offre de frais de gestion de son choix (offre standard : 6%, premium : 8% ou VIP : 10%) ;
  • Ebauche d’une fiche de paie disponible en simulation personnalisée ;
  • Frais professionnels plafonnés à 30% du CA généré ;
  • PEE, chèque culture, chèque cadeaux et congés de maternité ;
  • Présence d’une garantie financière ;
  • Disponibilité permanente d’un compte d’activité en PDF ;

Les moins :

  • Avance sur salaire possible à partir de l’offre premium ;
  • Paiement de salaire tardif (dernier jour du mois) ;
  • Pas de PERCO et chèque CESU ;
  • Informations sur le parrainage disponibles en privé ;

Le portage salarial

Simulateur n°14: Ep-portage.com

Les plus :

  • Avance sur salaire et règlement versé à la fin du 1er mois d’activité ;
  • Visibilité d’un brouillon de la fiche de paie en simulation ;
  • PEE, PERCO, chèque CESU, culture et cadeaux ;
  • Présence d’une garantie financière ;
  • Contrôle d’activité via un compte PDF ;
  • Parrainage possible (environ 600 €/consultant porté au regard de votre Taux Journalier Moyen) ;

Les moins :

  • CA journalier minimum obligatoire de 250 € ;
  • Pas de facturation à particulier ;

Simulateur 15: Nexoris.com

Les plus :

  • Labellisée « Zéro frais cachés » par la Fedep’s en 2020 ;
  • Frais de gestion compris entre 4,99% et 6,15% (CVAE, RC Pro, C3S et avance sur salaire incluses) ;
  • Paiement rapide (entre le 03 et le 05 du mois) ;
  • Visualisation possible d’une ébauche de fiche de paie en simulation ;
  • PEE, PERCO, chèque CESU et congés de maternité ;
  • Existence d’une caution financière et d’un compte d’activité ;

Les moins :

  • Pas de chèque culture et chèque cadeaux ;
  • Pas de facturation à particulier ;

Simulateur n°16: Regie-portage.fr

Les plus :

  • Labellisation « zéro frais cachés » du Fedep’s ;
  • Frais de gestion facturés à 5 du CA généré ;
  • Acompte total sur salaire possible ;
  • CESU (1830€), KADEOS et garantie financière ;
  • PEE (3290 €), PERCO (6580€) et compte d’activité exportable sous fichier PDF ;
  • Aucune charge patronale à supporter ;
  • Aperçu d’une fiche de paie en simulation ;

Les moins :

  • Paiement tardif (dernier jour du mois) ;

Simulateur n°17: Weepo.fr

Les plus :

  • 02 formules pour les frais de gestion (standard : 0% et premium : 5%) ;
  • Rapidité de paiement (le 05 du mois) ;
  • Versement total du salaire minimum ;
  • Existence d’un aperçu du bulletin de paie en simulation (disponible en 10 minutes) ;
  • PEE, PERCO, CESU, chèque culture, chèques-cadeaux, garantie financière, congés maternité et compte d’activité en version PDF ;
  • Existence d’un programme d’affiliation ;

Les moins :

  • Pas de facturation à particulier ;
  • Pas de labellisation « zéro frais cachés » du Fedep’s ;

Simulateur n°18: Cegelem.fr

Les plus :

  • Frais de gestion de 4% sur le CA réalisé ;
  • Avance sur salaire et paiement du salaire minimum ;
  • Paiement rapide (varie du 01er au 05 de chaque mois) ;
  • Brouillon d’une fiche de paie visible via le simulateur ;
  • PEE, PERCO, chèque CESU, chèque culture, chèque cadeaux et congés naissance ;
  • Présence d’une caution financière ;
  • Compte d’activité au format PDF ;

Les moins :

  • Pas de facturation à particulier ;
  • Pas de CVAE, d’assurance RC Pro, C3S, bancaire, etc. ;

Simulateur n°19: Acanthe-portage.com

Les plus :

  • Frais de gestion plafonnés à 5% du CA produit ;
  • Présence d’une fiche de paie en simulation ;
  • Possibilité de percevoir un acompte sur salaire à la demande ;
  • Versement total du salaire minimum ;
  • Rémunération rapide (entre le 01er et le 05 du mois) ;
  • Existence d’une garantie financière, de congés de naissance, de compte d’activité en version PDF et d’un programme d’affiliation ;

Les moins :

  • Pas de PEE, PERCO, CESU, chèque culture et chèques-cadeaux ;
  • Pas de facturation à particulier ;

Les aspects financiers du portage salarial

Simulateur n°20: Join-jump.com

Les plus :

  • 79 €/mois de charges fixes (variables avec l’existence de la mutuelle et d’un acompte sur salaire) ;
  • Avance sur salaire et esquisse du bulletin de paie en simulation optionnels ;
  • Frais professionnels plafonnés à 30% du salaire brut ;

Les moins :

  • 300 € de CA minimum journalier ;
  • Absence de PEE, PERCO, CESU, chèque culture et chèques-cadeaux ;
  • Pas de garantie financière, de compte d’activité en PDF et de programme de réseautage ;

Simulateur n°21: Uncdi.com

Les plus :

  • 03 formules de charges fixes (67 €/mois en Basic, 97 €/mois en Entrepreneur ou 136 €/mois en Business) ;
  • Chèques cadeaux, chèques culture, CESU, PEE, PERCO, heures supplémentaires, etc. ;
  • Versement de 30% de l’acompte sur salaire en offres Entrepreneur et Business ;
  • Echéance de paiement variable (le 01er du mois en offre Business, le 05 en offre Entrepreneur ou le 10 en offre Basic) ;
  • Ebauche du bulletin de salaire disponible immédiatement après simulation ;
  • Présence d’une garantie financière ;
  • PEE (3290,88 €/an), PERCO (6581,76€/an), CESU (1830€/an), chèque culture (1000€/mois) et chèques-cadeaux (170 €/an sans justificatif ou par événement URSAFF avec justificatif) ;

Les moins :

  • Pas de facturation à particulier ;
  • Pas de garantie financière, de congés de naissance et de programme de réseautage ;
  • Non inclusion de la CVAE, RC Pro et visite médicale ;

En conclusion

En somme, le portage salarial a encore bien des années devant lui. À l’horizon 2025, les prévisions économiques font état d’un cumul à 600.000 salariés portés. Et pour cause, les avantages du statut salarial ou encore la rémunération ont su séduire les citoyens français. Si vous êtes encore indécis à ce sujet, n’allez pas trop vite en besogne. Prenez le temps de bien évaluer tous les aspects et de vous documenter davantage si nécessaire. Profils compatibles, droits et obligations des parties, portage salarial international, création d’une société de portage salarial…voilà quelques questions qui pourraient vous intéresser. N’oubliez pas non plus d’examiner les différents simulateurs de portage salarial en ligne. Si l’un d’entre eux n’est pas assez clair, pensez à vous rapprocher des entreprises cibles si nécessaire.